2017/08/27

Homélie du 21e dimanche ordinaire


21e dimanche du temps ordinaire.

Année A.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 16, 13-20.

 

Jésus était venu dans la région de Césarée-de-Philippe, et il demandait à ses disciples : “Le Fils de l’homme, qui est-il, d’après ce que disent les hommes ?” Ils répondirent : “Pour les uns, il est Jean Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes.” Jésus leur dit : “Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ?” Prenant la parole, Simon-Pierre déclara : “Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant !” Prenant la parole à son tour, Jésus lui déclara : “Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. Et moi, je te le déclare : tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. Je te donnerai les clefs du Royaume des cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux.” Alors, il ordonna aux disciples de ne dire à personne qu’il était le Messie.

________

 

L’expérience spirituelle que Pierre vivait montre que les chemins de Dieu sont impénétrables (1).

 

Les apôtres connaissaient l’expression Fils d’homme utilisée par Jésus, car à la synagogue, ils avaient lu : Sur les nuées du ciel venait comme un Fils d’homme… Il lui fut donné souveraineté, gloire et royauté, les gens de tous les peuples le serviraient. Sa souveraineté est une souveraineté éternelle qui ne passera pas et sa royauté est une royauté qui ne sera jamais détruite (2).

 

Cet acte de foi en Jésus, Messie et Fils de Dieu, ne venait pas à la suite d’un prodige ou d’un grand miracle. C’était le cheminement intérieur de Pierre qui était confirmé par Jésus.

 

Pierre saisissait les signes de Dieu en Jésus et il le reconnaissait comme une personne marquée de la divinité. Celui qui était sacré, l’oint. Il se remémorait cette parole du prophète : L’Esprit du Seigneur est sur moi, car il m’a oint. Il m’a envoyé porter la bonne nouvelle aux pauvres (3). Pierre faisait le lien avec Jésus et cette démarche l’introduisit à une autre dimension, celle du monde de Dieu.

 

Tu es Pierre. Le texte original en araméen dit : Képhas (4) ce qui veut dire roc. 

Tu es roc et sur ce roc je bâtirai mon Église a dit Jésus.

 

Le mot roc n’est pas sans rappeler que Dieu est le rocher par excellence. 

Pierre vivait intérieurement cette réalité, car le roc de mon cœur, c’est Dieu pour toujours (5). 

 

Jésus entraînait Pierre dans la continuité de Dieu, car il devenait roc à son tour. Il lui confirmait qu’il était lié au divin éternel. Ce qu’il lierait sur terre, dans le même esprit que celui de Jésus, serait en communion avec Dieu.

 

Et c’est sur la base de cette foi de Pierre que l’Église a été fondée.

Un homme faible qui est devenu plein de la force de Dieu pour être le roc (pierre) de l’édifice. En donnant à Pierre et à ses successeurs les clefs du Royaume, Jésus ne leur donne pas un pouvoir personnel, mais son propre pouvoir qui se transmet de génération en génération. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses frères (6).

 

La mission incombait à Pierre d’être le roc. Il devenait une personne liée à Dieu dans le service de ses sœurs et de ses frères à l’exemple du Maître.

 

Vous et moi, nous avons reçu le pouvoir de l’amour, celui de Jésus. Cette force transmise par l’Esprit Saint est actuelle et permanente en nous-mêmes. Elle est la clef du Royaume, mais rappelez-vous que Pierre l’avait oublié lors du reniement et Jésus a exigé une triple promesse d’amour. Ce qui signifie la plénitude de son amour envers son Seigneur.

 

À chacune de nos Eucharisties, renouvelons notre promesse d’amour au Seigneur et demandons-lui, dans la prière, de toujours nous souvenir du pouvoir de l’amour au service des autres.

 

Amen.

 

Notes :

1-    Paul aux Romains - 2e lecture.

2-    Daniel 7,13 -14.

3-    Isaïe 61,1

4-    Jean en 1,42 et Paul en 1 CO 1-12 et Gal 1,8 ont employé le mot Képhas pour nommer Pierre.

5-    Psaume 30, 3-4 et 61,8

6-    Jean 15,13.

 

Bon dimanche

André Sansfaçon, prêtre.

homelie.qc.ca          

 

                                        Commentaire de l’Oisillon

 

Merci pour cette homélie qui évoque

le cheminement intérieur de Pierre et le pouvoir de l'amour.

Il n'est jamais facile de donner, même à son meilleur ami,

une description de sa personnalité qui puisse le satisfaire.

Pierre souligne la divinité de Jésus.

Ce dernier, en le comparant à un roc, en fait la base de son Église.

Ne pouvons-nous, à notre tour, soutenir moralement

ceux et celles qui nous sont proches,

les assurer de notre amour ?

Les rendre plus fort-e-s par ce geste attendu de nous ?

 

                                                                                                      Mésange bicolore.            

                                                                                               Mignon petit oiseau huppé.

                                                                                                      Amérique

 
 

Tous droits réservés 2014