2017/07/02

Homélie du 13e dimanche du temps ordinaire


13e dimanche du temps ordinaire

Année A

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 10, 37-42

En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. Qui a trouvé sa vie la perdra ; qui a perdu sa vie à cause de moi la gardera. Qui vous accueille m’accueille ; et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé. Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète ; qui accueille un homme juste en sa qualité de juste recevra une récompense de juste. Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche, à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : non, il ne perdra pas sa récompense. »

______

À vous et à moi, le Christ nous dit : Qui vous accueille m’accueille ; et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé.

Le Seigneur ressuscité assure sa présence au cœur de chaque personne. Il se rend présent à celui ou celle qui s’ouvre à la réalité de Dieu.

Un Dieu, Père, Fils et Esprit habite le cœur de la personne lorsque celle-ci met en pratique l’amour véritable que le Christ a manifesté en plénitude par le don de sa vie.

Lorsque quelqu’un donne sa vie dans le quotidien des jours, comme la maman qui se lève la nuit pour nourrir son petit ou le papa qui accepte deux emplois pour apporter le pain à la famille, il rend présent le Christ en lui-même et devient témoin de l’Amour.

La liturgie d’aujourd’hui nous le rappelle en commençant par une histoire de l’Ancien Testament. Environ 850 ans avant Jésus Christ, une femme de Suman, petite localité près de Jérusalem, insiste pour que le prophète Élisée vienne manger chez elle. Cette femme est croyante en Dieu et elle reconnait Élisée comme un saint homme de Dieu (1) qui n’a pas le temps de travailler pour gagner son pain. Elle et son mari vont l’accueillir et lui faire une chambre pour qu’il puisse se reposer et continuer son ministère.

Élisée désire remercier cette femme et son mari, mais comment ? Il demande une suggestion au serviteur qui lui rappelle l’importance d’avoir une descendance pour assurer le pain lorsque les parents deviennent âgés. Élisée annonce à cette femme qu’un jour elle tiendra un fils dans ses bras (1).

Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète.

Imaginez que vous offrez une chambre chez vous à Mère Teresa. Vous avez déjà la meilleure des récompenses, celle de l’amour.

Conscients de toutes ces bontés et tendresses qui se manifestent parmi nous, nous chantons avec le psalmiste : L’amour du Seigneur se manifeste et sans fin je le chante (2).

Vous et moi, nous sommes des baptisés en Christ Jésus. À chaque instant, nous sommes plongés dans cette dynamique relationnelle du Père, du Fils et de l’Esprit.

Saint Paul nous dit que nous sommes des vivants avec le Seigneur ressuscité puisque nous sommes morts avec Lui (3).

Cette mort n’est pas la mort biologique, mais la mort au péché. Toutes ces pensées personnelles et collectives qui nous tirent vers la terre et non vers les cieux et toutes ces actions mauvaises qui nous accomplissons, le Christ nous en libère si nous nous tournons vers Lui. Nous quittons une vie de ténèbres pour une vie de la lumière. Nous devenons vivants par le Christ qui comble notre incapacité à naître à lui-même. Par Lui, nous nous approchons de plus en plus de Lui : Je suis la Lumière (4). Nous sommes vivants avec Lui.

Je lisais que l’aumônier du Pape François, Mgr Krajewski, a offert ses appartements au Vatican pour les réfugiés et qu’il dort maintenant dans son bureau.

C’est un exemple de charité que nous recevons comme une invitation à aller plus loin dans notre propre vie de baptisé. Vous pourriez m’en citer d’autres !

L’important, Jésus nous le redit : Celui qui accueille… celui qui donne à boire… reçoit…

Et il reçoit celui qui est de toute éternité : Je suis la Vie (5).

Amen

Notes :

1-    1re lecture - 2e des rois 4, 16a

2-     Psaume de la messe – 88

3-     2e lecture – Paul aux Romains

4-    Jean 8,12

5-    Jean 14,6


Tous droits réservés 2014