2016/01/22

3e dimanche du temps ordinaire



3e Dimanche du temps ordinaire.          

Année A.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 4, 12-23

 

 

Quand Jésus apprit l'arrestation de Jean Baptiste, il se retira en Galilée. Il quitta Nazareth et vint habiter à Capharnaüm, ville située au bord du lac, dans les territoires de Zabulon et de Nephtali. Ainsi s'accomplit ce que le Seigneur avait dit par le prophète Isaïe : Pays de Zabulon et pays de Nephtali, route de la mer et pays au-delà du Jourdain, Galilée, toi le carrefour des païens : le peuple qui habitait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière. Sur ceux qui habitaient dans le pays de l'ombre et de la mort, une lumière s'est levée.

À partir de ce moment, Jésus se mit à proclamer : « Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche. »

Comme il marchait au bord du lac de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et son frère André, qui jetaient leurs filets dans le lac : c'étaient des pêcheurs.

Jésus leur dit : « Venez derrière moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes. »

Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent.

Plus loin, il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans leur barque avec leur père, en train de préparer leurs filets. Il les appela.

Aussitôt, laissant leur barque et leur père, ils le suivirent.

 

Jésus, parcourant toute la Galilée, enseignait dans leurs synagogues, proclamait la Bonne Nouvelle du Royaume, guérissait toute maladie et toute infirmité dans le peuple.

______

 

Vers l’an -700, les régions de la Naptalie et de Zabulon étaient sous le joug des Assériens. La plupart des personnes vivaient dans les ténèbres, puisqu’elles étaient devenues aveugles par la faute des hommes. Les vainqueurs de la guerre laissaient la vie aux vaincus, mais ils leur crevaient les yeux.

Dans ce contexte, le prophète Isaïe annonce qu’un jour, lors du retour à la liberté, la lumière se fera sur le pays. Galilée, toi le carrefour des païens : le peuple qui habitait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière (1).

 

Cette prophétie est reprise par l’apôtre Matthieu et il l’applique à Jésus. Le Seigneur vient en Galilée, région au-delà du Jourdain, carrefour des païens et pays mentionné par Isaïe. Il annonce que le royaume des cieux est proche.

La grande délivrance est arrivée et la lumière est à nos portes, car les malades et les infirmes sont guéris. Souvenons-nous que la maladie et surtout les infirmités étaient perçues comme la conséquence du péché ou de la rupture avec Dieu.

 

Par Jésus, les hommes sont maintenant réconciliés avec Dieu. Captifs des ténèbres, ils retrouvent la lumière.

 

Les apôtres voient Jésus comme leur libérateur et ils se rappellent les paroles des psalmistes : J’ai demandé une chose au Seigneur, la seule que je cherche : habiter la maison du Seigneur tous les jours de ma vie (2).

Jésus invite les apôtres à la conversion, non pas celle de Jean le Baptiste où il fallait se convertir à Dieu une seule fois dans sa vie, mais la conversion à l’instant présent.

 

Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est proche (3).

 

C’est la conversion du cœur où il y a un mouvement perpétuel de l’être envers son Dieu, et où l’on fait de son Dieu le rempart de sa vie et la lumière dans les ténèbres de ses incertitudes (2).

 

Pierre, André, Jacques et Jean sont émerveillés et fascinés par ces nouvelles perspectives du Royaume proposé par Jésus. Ils laissent leurs filets et le suivent. Ils deviennent pêcheurs d’hommes

 

Une nouvelle vie s’ouvre à eux. Ils acceptent de changer de métier et d’entreprendre une vie différente axée sur un essentiel : habiter la lumière de Dieu et son éternité.

 

Vous et moi, c’est aussi notre situation. Nous avons laissé nos occupations habituelles pour célébrer la lumière de Dieu et le remercier de pouvoir habiter sa maison. Actuellement, nous rendons grâces.

 

Quels appels nous lance le Christ par la liturgie de son Église ?

 

Le premier message qui se dégage pour nos vies spirituelles est l’idée émise par l’apôtre Paul : Si vous vous attachez à Apollos, à Pierre ou à moi, n’oubliez pas que c’est le Christ qui vous sauve (4).                                                                                             

Lorsque nous disons que nous sommes de l’école de pensée d’un tel ou d’une telle, d’un courant spirituel ou d’un autre, de la gauche ou de la droite religieuse, n’oublions jamais que seul le Christ sauve. Il faut s’attacher à Lui.                                                                                

 

Le deuxième message est le symbole des filets.

Le filet, c’est ce qui retient le poisson et l’empêche de vivre.

Laissant leurs filets, ils le suivirent.

 

Quels sont les filets qui nous retiennent et qui nous empêchent de mieux vivre notre relation au Christ ?

Est-ce le filet de la consommation ?

Est-ce le filet de tous les faux besoins que nous nous créons ?

Est-ce le filet de nos passions ?

 

Vous et moi, restons fascinés, émerveillés et attachés au Christ et faisons attention aux filets.

 

Amen.

 

1-     1re lecture - Isaïe 8,23 et 9,1

2-     Psaume 26 de la messe

3-     Évangile de la messe - Matthieu 4,17

4-     2e lecture – 1re lettre de Paul aux Corinthiens.

 

 

 Bon dimanche,

 André Sansfaçon, prêtre.

homelie.qc.ca          

 

                                               Commentaire de l’Oisillon

 

L'homélie nous invite à nous convertir à l'état présent.

Serions-nous capables, comme les pêcheurs devenus disciples de Jésus,

d'axer toute notre vie sur cette quête humble et confiante

de la lumière du Seigneur et de sa protection ?

 

Artémie azurée

Bel oiseau bleu outremer et blanc

Continent Afrique

 

 
 

Tous droits réservés 2014