2018/01/21

Homélie du 3e dimanche ordinaire


3e dimanche du temps ordinaire

Année B

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 1, 14-20

 

Après l’arrestation de Jean Baptiste, Jésus partit pour la Galilée proclamer la Bonne Nouvelle de Dieu ; il disait : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. »
Passant au bord du lac de Galilée, il vit Simon et son frère André en train de jeter leurs filets : c'étaient des pêcheurs. Jésus leur dit : « Venez derrière moi. Je ferai de vous des pêcheurs d'hommes. » Aussitôt, laissant là leurs filets, ils le suivirent. Un peu plus loin, Jésus vit Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient aussi dans leur barque et préparaient leurs filets.
Jésus les appela aussitôt. Alors, laissant dans la barque leur père avec ses ouvriers, ils partirent derrière lui.

 

_____

 

                                              Convertissez-vous

 

La liturgie nous présente un conte pour notre première lecture (1). Cinq siècles avant Jésus-Christ, Jonas recevait un appel de Dieu pour aller à Ninive. Il n’en était pas question. Jonas ne voulait pas aller à Ninive.

 

La ville de Ninive est située à l’est près du Tigre (en face de la ville de Mossoul, l’actuel Irak). Jonas s’embarque donc sur un bateau pour aller à Tarsis qui est à l’Ouest au fond de la Méditerranée. La tempête arrive et Jonas confie aux marins qu’il a refusé l’appel de Dieu. Les marins sont furieux, car ils attribuent la tempête à une punition divine. Ils jettent Jonas à l’eau et il est avalé par une baleine. Au chaud, il réfléchit, pense et prie. Il comprend son erreur et se tourne vers Dieu. Il se convertit. La baleine le rejette sur les plages et il entreprend sa marche vers la ville païenne de Ninive.

 

Ninive est la capitale des Assyriens. Un chef-lieu important sur le plan religieux. C’est une grande ville dotée de belles avenues et de places publiques. Il faut trois jours de marche pour la traverser.

Il y a même un édifice de 80 salles et l’eau potable vient par une canalisation de 50 kilomètres.

 

Jonas finit par arriver à Ninive et il entreprend sa prédication. Les païens se convertissent et leur ville n’est pas détruite. Quelle évolution dans la vie spirituelle de Jonas ! Il désirait la mort des gens de Ninive et maintenant il désire leur bien, fruit de son expérience relationnelle avec Dieu

 

Ce conte présente un Dieu bon qui accorde le pardon et il fait aussi apparaître la nécessité, pour la personne, de se convertir à Dieu.

 

        Les temps sont accomplis, le règne de Dieu est tout proche.

              Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle.

 

Nous sommes au début de la prédication de Jésus en Galilée.

Les premiers disciples Simon, André, Jacques et Jean sont appelés par Jésus. Ils adhèrent à sa personne. Ils croient en lui et acceptent de le suivre.

Jésus leur dit qu’ils seront maintenant pêcheurs d’hommes.

 

L’image est très forte. Ces personnes sont des pêcheurs qui lèvent des eaux les filets pour nourrir les gens. De la mort des poissons, ils donnent la vie. Maintenant, ils lèveront les humains des eaux. Il faut voir l’image. Les humains ne peuvent vivre dans l’eau. Ils meurent. Les humains sortis des eaux sont sauvés. Alors, ils peuvent vivre.

 

Les apôtres ont donc comme mission de sortir les humains de la mort et de leur donner la vie. Ainsi, les apôtres sont appelés à extirper les humains des ténèbres et à leur donner la lumière.

 

Jésus ne dira-t-il pas qu’il est venu pour que les humains aient la Vie ?

Il est passé lui-même de la mort à la vie afin que nous croyions qu’il est la Vie.

 

                         Le temps est limité, dit l’apôtre Paul.

 

Le royaume de Dieu est à nos portes. Tournons-nous vers Dieu ou convertissez-vous dit l’apôtre Marc. C’est la même expression. Lorsque nous entrons en prière ou dans l’intimité de Dieu, nous sommes comme hors du temps. Nous réalisons la fusion spirituelle. Nous recevons le règne de Dieu en nous et nous oublions tout ce qui se passe autour de nous.

 

Que ceux qui ont une femme (ou un homme) soient comme s’ils n’en avaient pas, ceux qui pleurent comme s’ils ne pleuraient pas, ceux qui font des achats comme s’ils n’en faisaient pas (2.) Comprenons la langue de l’apôtre Paul.

 

Se tourner vers Dieu et croire à la Bonne Nouvelle de Jésus nous introduit dans un Nouveau Monde. Le monde d’un lien personnel avec Dieu. Ne soyons pas surpris que tout l’extérieur disparaisse au profit de l’intérieur. Toutes les réalités matérielles sont oubliées et les personnes sont momentanément hors de notre vision. Il ne reste que la présence de Dieu, nous sommes comme sortis du temps pour vivre l’instant présent de l’amour de Dieu en nous.

 

Vous et moi, reprenons dans notre prière personnelle l’invitation de la liturgie en disant : fais-nous connaître tes chemins, Seigneur (3).

Et laissons l’Esprit nous introduire aux réalités mystiques.

 

Amen.

 

1- Première lecture – livre de Jonas 3,1 -5.10

2- Première lettre de Paul aux Corinthiens, 7,29 -31

3- psaume 24 de la messe.

 

www.homelie.qc.ca

Bonne célébration.

André Sansfaçon, prêtre.

                                                     

                                            Commentaire de l’oisillon                                                        

 

Cette homélie nous invite à nous tourner vers Dieu

afin d'expérimenter un silence créateur,

afin d'oublier tout ce qui se passe autour de nous.

C'est grâce au vide total d'activité

 
 

Tous droits réservés 2014