Homélies

2018/03/04

3e dimanche de Carême

 

3e dimanche de Carême

Année B

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 2, 13-25

Comme la Pâque des Juifs approchait, Jésus monta à Jérusalem.
Il trouva installés dans le Temple les marchands de boeufs, de brebis et de colombes, et les changeurs.

Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple ainsi que leurs brebis et leurs bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs,  et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d'ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic.»
Ses disciples se rappelèrent cette parole de l'Écriture : L'amour de ta maison fera mon tourment. Les Juifs l'interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour justifier ce que tu fais là ? »  Jésus leur répondit :

« Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai. »
Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce Temple, et toi, en trois jours tu le relèverais ! » Mais le Temple dont il parlait, c'était son corps. Aussi, quand il ressuscita d'entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu'il avait dit cela ; ils crurent aux prophéties de l'Écriture et à la parole que Jésus avait dite. Pendant qu'il était à Jérusalem pour la fête de la Pâque, beaucoup crurent en lui, à la vue des signes qu'il accomplissait. Mais Jésus n'avait pas confiance en eux, parce qu'il les connaissait tous et n'avait besoin d'aucun témoignage sur l'homme : il connaissait par lui-même ce qu'il y a dans l'homme.

 

______

 

Le premier dimanche du carême nous invitait à actualiser notre engagement baptismal.

Le deuxième nous invitait à prendre de plus en plus conscience de la proximité de Dieu.

Aujourd’hui, la liturgie nous incite à voir de plus en plus l’amour du Christ dans le don de sa vie.

                                                           

Le temple

 

Cet édifice était un lieu sacré où la Torah était conservée dans le sanctuaire sous la garde des prêtres. Ce rouleau de papyrus contenait toutes les règles pour assurer aux fidèles le salut. La pratique de ces exigences était un moyen quasi infaillible pour vaincre le mal et accéder au bien. Voilà pourquoi il était si important de respecter toutes les prescriptions de la Torah.

 

Les offrandes

 

Une fois l’an, le Grand-Prêtre entrait au sanctuaire pour célébrer et prier en disant :Yahvé, écoute ma prière, entend mes supplications (1) et viens donner le pardon à tout le peuple. C’était la fête du Yom Kippour, le jour du grand pardon où tous les fidèles priaient intensément Dieu.

 

Dans l’année juive, c’est le jour le plus saint.

 

Tout au long de l’année, les personnes allaient régulièrement au temple pour prier et pour acheter des offrandes, mais il leur était interdit d’utiliser la monnaie de l’Empire. Alors, il fallait changer cet argent pour des jetons permettant de se procurer les oiseaux qui étaient ensuite offerts au temple. Or, ces échanges de monnaies se faisaient dans l’enceinte du temple.

 

C’est ainsi que Marie et Joseph ont procédé en présentant Jésus au temple pour offrir un couple de tourterelles ou de colombes (2).

 

Les changeurs et les vendeurs occupaient beaucoup d’espace dans l’enceinte du temple, mais ils étaient nécessaires et assuraient la démarche religieuse des individus. Malheureusement, avec le temps, la réalité économique a pris le dessus sur la démarche spirituelle. L’enceinte du temple était devenue un marché public et lucratif pour les commerçants et les autorités.

 

De plus, au temple, les juifs devaient payer avec la monnaie de Tyr qui affichait la représentation du dieu Melkart. Or, le premier commandement stipule : Tu n'auras pas d'autres dieux face à moi, tu ne te feras pas d'idole… (3). Les prêtres semblent avoir choisi cette monnaie parmi d’autres pour la qualité de son argent et pour la facilité de son négoce, mais en même temps ils contrevenaient au premier commandement. 

 

Ma maison

 

Très jeune, Jésus allait au temple pour écouter les docteurs de la loi et parler avec eux. Il leur posait des questions. Et plus tard, il y eut les aveugles et les boiteux qui se présentaient à lui au temple, et il les guérit (4). C’est au temple, qu’assis comme les rabbins, il enseignait (5).  

 

Et de partout, on parlait du Prophète Jésus qui manifestait un attachement et un zèle pour la maison (6). Et lorsque Jésus s’attaqua aux vendeurs et aux changeurs, les apôtres et les disciples se rappelèrent la parole du Prophète Zacharie : en ce jour-là, il n’y aura plus de marchands dans le temple de Yahvé (7). Ils comprirent que le Messie advenait et que toutes les activités devaient être sacralisées.

 

Il parlait de lui.

 

Jésus, en réprimandant les vendeurs et les changeurs, voulait montrer qu’un changement profond et radical se produisait. Tout disparaissait et une réalité nouvelle avait lieu. Un jour nouveau se levait pour les humains. La maison retrouvait ses enfants. Les entraves et les chaînes se brisaient pour permettre aux êtres humains de transcender le matériel.

 

Avec autorité, Jésus affirmait que le Temple était la maison de son Père. De plus, il était le Temple qu’il relèverait en trois jours.

 

Cette parole a poursuivi les apôtres et les disciples et ils la comprirent réellement après la Résurrection. Le temple nouveau, c’était lui. Et à partir de ce jour, les êtres humains y ont eu accès en tout temps et en tous lieux pour le reconnaître et le louer.

 

Ne restons pas sur le parvis.

 

Vous et moi, pénétrons dans le sanctuaire et unissons-nous à celui qui est l’unique offrande au Père, le don de l’amour par excellence.

 

Le Christ Jésus, c’est lui qui a fait toutes choses nouvelles (8).

 

Amen.

 

1-     Psaume 143 -1

2-     Luc 2, 22-24

3-     Exode 20, 3

4-     Matthieu 21,14

5-     Matthieu 26,55

6-     psaume 69,10

7-     Zacharie 14,21

8-     Apocalypse 21,5

 

 

Bon dimanche.

André Sansfaçon, prêtre

www.homelie.qc.ca

 

                                                                    Commentaire


En lisant l'homélie sur les marchands du temple,
comment ne pas éprouver de la reconnaissance pour les prêtres
que nous pouvons écouter à l'église nous parler de Dieu,
nous rappelant que les biens matériels ne peuvent remplacer le contact intime avec le Seigneur,
le don de son amour.

 
Retour aux archives
 

Tous droits réservés 2014