Homélies

2018/07/15

15e dimanche ordinaire

 

15e dimanche du temps ordinaire

Année B

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 6, 7-13

 

Jésus appelle les Douze, et pour la première fois il les envoie deux par deux. Il leur donnait pouvoir sur les esprits mauvais, et il leur prescrivit de ne rien emporter pour la route, si ce n’est un bâton ; de n’avoir ni pain, ni sac, ni pièces de monnaie dans leur ceinture. “Mettez des sandales, ne prenez pas de tunique de rechange.” Il leur disait encore : “Quand vous avez trouvé l’hospitalité dans une maison, restez-y jusqu’à votre départ. Si, dans une localité, on refuse de vous accueillir et de vous écouter, partez en secouant la poussière de vos pieds : ce sera pour eux un témoignage.” Ils partirent, et proclamèrent qu’il fallait se convertir. Ils chassaient beaucoup de démons, faisaient des onctions d’huile à de nombreux malades, et les guérissaient.

 

_____

 

Nous remarquons dans cet évangile que Jésus choisit ses apôtres et les envoie en mission. Ils partent pour annoncer un Dieu créateur, amoureux  des humains et qui s’est manifesté en Christ Jésus. Ils présentent celui-ci comme étant le Messie et ils explicitent les commandements à suivre pour atteindre le Royaume.

 

Jésus invite ses apôtres à aller deux par deux pour assurer leur sécurité, pour authentifier le message et pour montrer que ce n’est pas une affaire personnelle, mais bien une démarche de groupe ou de communauté.

 

Ils ne doivent rien apporter. Il faut se rappeler que lors de la sortie d’Égypte, les Hébreux n’avaient rien apporté dans leur fuite. Leurs familles avaient été libérées de l’esclavage et leurs pères et leurs mères avaient entrepris une longue marche vers la terre promise. Pour se le rappeler, à l’époque, ils célébraient la Pâque en mangeant l’agneau : la ceinture aux reins, les sandales aux pieds, le bâton à la main (1). Ils entraient dans une nouvelle relation avec Dieu.

 

Les apôtres connaissent très bien ce texte pour l’avoir entendu plusieurs fois à la synagogue. C’est donc en communion à l’action de Dieu sur eux-mêmes et en profonde liberté qu’ils partent sur les routes de la Galilée annoncer le message du maître.  

 

Dimanche dernier, la liturgie nous rappelait les échecs du prophète Jérémie, de Paul et de Jésus. Aujourd’hui, Jésus signifie à ses apôtres l’échec possible de leur prédication. Il est dans l’éventualité qu’on refuse de vous accueillir et de vous écouter.

 

L’être humain est libre d’adhérer au message ou de le refuser, Dieu lui a donné cette responsabilité. Alors devant le refus, n’insistez pas. Partez en secouant la poussière de vos pieds. Ils verront que vous n’êtes pas venus leur enlever quoi que ce soit, même pas la poussière de leur terre. Ce sera pour eux un témoignage. Ils comprendront votre entière consécration au message.

 

Les apôtres faisaient des onctions d’huile aux malades et les guérissaient. Théophylacte disait dans son commentaire  évangélique : l’huile symbolise la bonté de Dieu, et la grâce de l’Esprit Saint par laquelle nous sommes délivrés de nos souffrances et nous recevons la lumière, la joie et l’allégresse spirituelles (2).

 

Les apôtres et les disciples du Seigneur ont refait ce même geste à travers les siècles et l’Église le refait à son tour particulièrement lors du sacrement des malades.

 

Vous et moi, comme toute personne, nous sommes invités à :

-  contempler l’amour de Dieu manifesté en Christ Jésus;

-  louer l’action infinie de Dieu qui consiste à nous unir à Lui;

- témoigner aux autres que nous sommes sauvés par Lui et vivants en Lui.

 

Comment ?

Rappelons-nous que par le Christ et en lui, nous sommes devenus croyants, nous avons la marque de l’Esprit Saint (3). Demandons-lui de nous aider à concrétiser nos engagements personnels et communautaires.

 

Amen.

 

Notes :

1 - Exode 12,11

2- Théophylacte est né vers 1050, il étudie la théologie et les langues à Constantinople. En 1078 il devient archevêque d'Ochrida en territoire bulgare. Il est l'auteur de Commentaires sur plusieurs livres de l'Ancien Testament et du Nouveau Testament. Il meurt en 1109.

3 - Lettre de Paul aux Éphésiens 1, 3-14.  Nous gagnerions à lire le texte intégral de la 2e lecture de la messe d’aujourd’hui. C’est une belle synthèse de la foi des premiers chrétiens (le Kérygme).

 

Bon dimanche.

André Sansfaçon, prêtre.

www.homelie.qc.ca

 

 
Retour aux archives
 

Tous droits réservés 2014